« Birdhouse » – installation – Paul Panhuysen

 

Ayant appris que la volière de la roseraie du parc des Promenades devait être bientôt restaurée, nous avons soumis à la Municipalité un projet de Paul Panhuysen, artiste à l’œuvre polymorphe, qui travaille, entre autres, sur le chant des oiseaux. Depuis une vingtaine d’années en effet, cet artiste crée des installations électro-organiques avec des canaris, espèce connue pour ses facultés d’adaptation. Il capte, enregistre et filtre numériquement le chant des oiseaux, le transformant, et leur retransmet, via des haut-parleurs, pour qu’ils développent par la suite un nouveau langage.

La pièce proposée étant destinée à être pérenne, la Municipalité accorda son feu vert. De passage en France en ce début d’année, Paul Panhuysen vint à Alençon faire quelques repérages. S’en suivit une correspondance par mails durant laquelle le projet évolua. Plus question de créer un nouveau langage, le concept est ici totalement différent. La volière de la roseraie étant divisée en deux parties distinctes, l’idée s’imposa aux yeux (et aux oreilles !) de Paul Panhuysen de disposer deux groupes d’oiseaux de part et d’autre de la cloison centrale. Des micros capteront les productions sonores de l’un, pour les diffuser à l’autre, et inversement, cette réciprocité devant stimuler une émulation entre les deux groupes.

Le service des Espaces Verts de la ville rénova la volière selon les instructions transmises par Paul Panhuysen (couleurs des peintures, type de grillage, construction de deux sasses…). Les finitions furent réalisées par des stagiaires de l’ARSA en insertion professionnelle.

Jeudi 29 avril. Paul Panhuysen se produit avec le collectif Tilt et Patrice Grente à l’église Saint-Nicolas, à Caen, dans le cadre d’ « Interstice, rencontre des inclassables », organisée, entre autres, par Station Mir, avec qui nous sommes partenaires (nous nous séparons les frais de déplacement de la venue de Paul Panhuysen en France).

Dimanche 2 mai. Paul Panhuysen et sa femme, Helen, arrivent à Alençon pour une résidence de huit jours. Ils sont accompagnés de deux assistants, membres du collectif Tilt : Yvan Etienne (également curateur associé de cette manifestation) et Brice Jeannin, ainsi que d’un étudiant-stagiaire, Erik Avert (qui effectue son stage au sein de l’association Pygmalion en convention avec l’Ecole Supérieure d’Art de Mulhouse).

Durant une semaine, ils installent le dispositif électronique, les nichoirs et les perchoirs conçus et fabriqués par Paul Panhuysen. En fin de semaine, les canaris sont livrés. Parallèlement, ils préparent la performance sonore qui se déroulera sous le kiosque à musique du parc des Promenades le jour de l’inauguration officielle de la volière.

Samedi 8 mai. C’est sous une pluie battante qu’est inaugurée « Birdhouse, ou l’école du chant et des chanteurs », en présence de monsieur Joachim Pueyo, maire d’Alençon et de monsieur Dominique Artois, adjoint à la culture. Malgré l’averse, les canaris chantent. Et c’est à l’abri des parapluies que le public assiste à la performance « long string installation ».

Les mains enduites de colophane (résine qu’utilisent les violonistes pour faciliter l’attaque des cordes par l’archet), Paul Panhuysen, et Yvan Etienne frottent de longs câbles d’acier tendus à travers le kiosque à musique dont ils font sortir les harmoniques. En tendant l’oreille, on entend un son grave sourdre de la cave du kiosque. Par l’ouverture des soupiraux, on peut voir qu’un même dispositif est installé en sous-sol où improvisent Brice Jeannin et Erik Avert tandis que deux chanteurs, Samuel Boré et Richard Vinet, entonnent un chant mono tonal. Une demi-heure plus tard, c’est sous les applaudissements d’un public trempé par la pluie, mais ravi et conquis, que s’achève cet happening poétique et surprenant.

Parmi les spectateurs venus assister à la performance de Paul Panhuysen, on aura pu remarquer la présence du musicien Phill Niblock, en concert la veille au soir à la Luciole. Ce n’est pas un hasard bien sûr, les deux hommes sont amis et nous avons profité de leur calendrier respectif pour qu’ils puissent se retrouver à Alençon – leur recherches sonores convergent. Pour la petite histoire, le lendemain, avant leur départ, nous les avons emmenés faire le tour du marché de Courteille et leur avons fait voir les Bains-Douches en travaux. Qui sait ? Peut-être les recevrons-nous un jour à nouveau intra-muros.

La ville d’Alençon peut se prévaloir d’avoir fait l’acquisition d’une œuvre pérenne d’un artiste internationalement reconnu. De plus, la pièce « Birdhouse, ou l’école du chant et des chanteurs » connaît un franc succès auprès des promeneurs de tous âges, surpris de découvrir dans un espace public une installation ludique au cœur de notre ville.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s